faire son deuil

Publié le par mamancrapouille

J'espère que ça t'aidera, C...

Certaines séparations nous déchirent le coeur et l'âme. Qui nous piétinent à l'intérieur, qui sont si douloureuses que l'on pense ne jamais s'en remettre. Nous sommes parfois placés devant un choix qui sera définitif, irrévocable.

Que ce soit uen séparation choisie ou non, que le choix soit fait en toute conscience ou favorisé par des personnes extérieures, il n'en reste pas moins qu'au final, c'est à nous même que nous rendons des comptes. Nous devons vivre avec, apprendre à accepter et à assumer.

Le temps ne guérit pas tout, ce n'est pas vrai. Mais le temps nous donne la force d'avancer malgré tout. Et cette force, ce petit bout d'éclaircie, ne peut exister qu'après avoir fait notre deuil.

On peut faire le deuil de nombreuses choses. Elles ont toutes en commun que nous les désirons, nous les fantasmons. Et quand la réalité reprend ses droits, la douleur est d'autant plus forte que nos espérances étaient hautes.

On peut faire le deuil d'un vie rêvée. Celle que nous vivons ne sera jamais la même. en prendre conscience, c'est aussi l'accepter et on peut dès lors commencer à regarder ce que nous avons sous un autre angle. On peut se rêver à 5, mais n'être au final que 4. Qui sont ces 4 dépend uniquement des choix que nous faisons. Ce choix est cruel, mais il doit être fait. Il implique un sacrifice énorme, et ce quelle que soit la décision finale. Peu importe en fait ce qui nous a amené à faire ce choix. Par contre, les conséquences de notre décision sont telles qu'elles impliquent une transformation de notre vision du monde. Oui, à ce point. Mais si elle paraissent extrèmement néfastes au prime abord, elles sont loin de l'éêtre. Elles peuvent avoir une incidence considérable sur ce poids qui pèse sur nos têtes. Une fois la décision prise, ce poids disparaîtra. Et des multiples chemins qui s'offraient à nosu encore hier, un seul apparaîtra comme étant celui à suivre. Les choses seront à la fois plus simples et moins sereines d'abord, pour gagner en harmonie, en équilibre ensuite.

Car c'est ça, faire son deuil: trouver un nouvel équilibre, une nouvelle zone de confort, loin de ces douleurs tellement violentes qui brisaient notre corps et notre coeur. Faire le deuil de quelque chose, c'est aussi faire de la place pour autre chose. Faire le deuil d'une obsession, c'est se créer un espace de liberté, de sérénité. Faire le deuil d'une relation, c'est laisser la place à une autre. Faire le deuil d'un futur, c'est se créer un autre futur, différent mais peut être plus enrichissant.

Cependant, afin d'en arriver là, il nous faut faire un choix. Et souffrir de ce choix. La durée de cette souffrance dépend de ce que signifiait vraiment l'objet de notre désir, de nos fantasmes, de notre vie rêvée. Et surtout, surtout, elle dépend de ce que nosu avons déjà et qui passait au second plan durant cette période d'aveuglement qui est celle du choix.

Tu sais, C. j'ai fait mon deuil de ma relation avec le père de la crapouille. Et pourtant, je l'aimais, j'ai été capable de renoncer à beaucoup pour lui, j'ai été capable d'aller plus loin que je ne l'aurai imaginé. L'amour que j'avais pour lui m'a permis d'accepter et de lutter pour ma vie. Et il est le père de la personne que je préfère au monde, de celle pour qui je suis capable d'abattre des montagnes. Malgré tout ce qu'on a traversé, je n'avais pas fait mon deuil. C'est chose faite maintenant. Et tu as pu le constater de tes propres yeux. Tu as pu voir que le poids qui pesait sur mes épaules s'était envolé, tu as pu percevoir les changements infimes puis plus flagrants que ce choix impliquait. Et encore, tu n'as pu voir que la fin, le choix avait déjà été fait.
Je ne regrette pas, parce que tu vois, je peux regarder droit devant, je suis plus forte encore, et surtout j'ai de nouveau envie de vivre pleinement.

C'est à ton tour de faire un autre choix. Sache que j'espère t'accompagner sur le chemin grâce à ces mots. Le plus dur, c'est que nous sommes seuls, vritablement seuls à faire le choix. Et seuls à en subir les conséquences. mais tu sais quoi? Souvent, les conséquences de nos choix ne sont pas du tout celles que nous nous attendions à voir. Elles sont parfois bien plus belles.

Je suis là , ma belle. Quel que soit ton choix.

Publié dans bidouillages

Commenter cet article

Les Billantins 15/08/2009 15:46

Merci pour ton aide et ton soutien. Mercredi, tout s'arretera ou alors je devrais prendre la décision de ma vie...Quoique je prenne comme décision je le regretterai car cela aura des conséquences sur ma vie et celle de ma famille.Je suis perdue, désoeuvrée et écoeurée.Merci pour tout!